Solutions & Services Informatiques pour entreprises.

Vous avez des questions ? Appelez nous au 04 78 22 71 42

Robin REGIS

octobre 20, 2014

1/3 des entreprises s’assurent que toutes leurs données sont sauvegardées.

backup

Selon une étude du cabinet Markess, la croissance des besoins n’empêche pas une absence de gestion du risque associé au stockage et à la sauvegarde de données toujours plus volumineuses et sensibles.

 

Le stockage et la sauvegarde des données des entreprises sont largement négligés selon une étude publiée par le cabinet Markess. Même si les deux tiers des décideurs sont conscients des risques sur l’image ou les finances de leurs entreprises et la moitié des risques juridiques, seul un tiers des entreprises s’assure que toutes les données sont bien sauvegardées. 15% ne sauvegardent que les données critiques et 40% la plupart mais pas toutes. Seuls 5% osent ne sauvegarder qu’une faible partie des données.

 

Et il convient de noter que le terme de sauvegarde renvoie encore bien souvent à une copie sur un disque dur externe amovible ou une clé USB voire un périphérique mobile ! Certaines données sont, de plus, sauvegardées simplement dans des SaaS (Dropbox et autres …). A cela s’ajoute la sauvegarde « sauvage » en dehors de procédures structurées décidées par l’entreprise. Or les volumes et l’importance économique des données s’accroissent.
Face à ce constat peu réjouissant, Markess juge que les entreprises vont de plus en plus supprimer les contenus obsolètes ou non-pertinents pour diminuer les volumes à sauvegarder ; externaliser des processus de sauvegarde, notamment dans le cloud ; et permettre la synchronisation des données entre plusieurs équipements en temps réel. Un décideur sur deux estime ainsi que la sauvegarde de données dans le cloud est une solution potentiellement pertinente.

 

Selon le cabinet Markess, la sauvegarde et le stockage en ligne devraient poursuivre leur croissance. Actuellement, Markess estime à 210 millions d’euros le marché de ces solutions et services.

 

A PROPOS DE L’ÉTUDE :

L’étude Evolution des solutions de stockage et de sauvegarde avec le cloud a été réalisée par le cabinet Markess avec le soutien d’Oodrive, Orange Business Service et OVH. Elle est basée sur 250 interviews réalisées auprès de 150 décideurs d’entreprises et d’administrations en France et 100 prestataires de février à septembre 2014.

Robin REGIS

juillet 17, 2014

Windows Server 2003 : Fin du support en approche

La fin programmée, en juillet 2015, du support de Windows Server 2003 (et 2003 R2) incite Microsoft à mobiliser ses partenaires. L’enjeu : accompagner les entreprises dans leur migration vers Windows Server 2012 voire les faire migrer vers des plateformes telles que le SVI CLOUD.

windows-8-icon
Evoquant ses partenariats avec HP ou Dell, Microsoft vante l’existence de services pour accompagner les entreprises dans cette migration. Selon l’éditeur américain, 94 % des firmes utilisant Windows Server 2003 auraient l’intention de migrer leurs applications vers une version plus récente de Windows Server aussi bien que vers une infrastructure hébergée dans le cloud.

 
« Microsoft ne fera plus de développement ni ne publiera de mises à jour après la fin du support. Pour mettre cette échéance en perspective, considèrez que 37 mises à jour critiques ont été publiées en 2013 pour Windows Server 2003/R2 sous support étendu. Imaginez l’impact potentiel d’un arrêt des mises à jour » n’hésite pas à proclamer HP pour vanter son propre service de migration lié à l’arrêt du support de Windows 2003.
Cisco devra migrer ses clients UCS vers Windows 2012 R2.
Même Cisco est sollicité. Dans le cadre de l’accord récemment conclu avec Microsoft pour la modernisation technologique des datacenters, le spécialiste des réseaux a pour mission première de faire migrer les utilisateurs équipés de ses serveurs lame UCS sous Windows 2003, vers Windows 2012 R2.

 

 

De son côté, SVI promeut son service de migration destiné à accompagner les entreprises pas à pas : de l’audit à l’établissement d’un calendrier de migration en passant par l’évaluation du parc applicatif susceptible de migrer.
Notre société dispose d’une batterie d’outils: méthodologie, conseils …. Ces outils analysent automatiquement les applications des clients, à l’aune de leur capacité à migrer dans un nouvel environnement.

Robin REGIS

juillet 4, 2014

Révolution numérique : les entreprises en panne de stratégie

La dernière étude menée par le cabinet Pierre Audoin Consultants montre que les entreprises abordent l’ère numérique par projets ciblés sans avoir mis en place une approche globale.

Strategie_Entreprise

Un tiers seulement des grandes entreprises ont une véritable stratégie numérique globale. Pourtant deux tiers d’entre elles ressentent l’impact de l’ère numérique comme significatif voire créant une rupture dans leur domaine d’activité. Ce contraste est mis en avant par une récente étude du cabinet Pierre Audoin Consultants (PAC). Si on excepte la petite proportion (10%) d’entreprises n’ayant aucune stratégie en la matière, la majorité mènent des actions ponctuelles sans véritable vue d’ensemble. Un tiers juge ne pas être préparé à se transformer.

 

Pour PAC, entrer dans l’ère du numérique se traduit avant tout par une réorientation stratégique autour du client. Cette réorientation est considérée comme le défi majeur par les trois quarts des entreprises. L’innovation ne vient qu’en deuxième position.

Assez logiquement, les domaines prioritaires d’investissements pour les entreprises seront le marketing, notamment les outils d’analyse et de rendu, mais aussi la gestion de la relation client. La création d’une relation client omni-canal sera ainsi une des priorités des investissements.

 

Si le rôle de la DSI est jugé comme majeur, celui des prestataires n’est pas négligé. L’approche de la plupart des entreprises est de limiter leur nombre plutôt que de se faire accompagner par des spécialistes de chaque segment. Le PDG est vu, dans les deux tiers des cas, comme le pilote obligé d’une approche globale.

 

A PROPOS DE L’ÉTUDE

 

L’étude « La Transformation numérique au sein des entreprises françaises » a été réalisée par Pierre Audoin Consultants avec l’aide de cinq sponsors (Salesforce, Orange Business Services, Kerensen Consulting, SQLI et Open. Elle se base sur une enquête réalisée auprès de 200 décideurs IT et marketing (41% de DSI) en mars et avril 2014. Les entreprises visées disposaient de plus de 500 salariés (44% de plus de 1000 salariés).

 

Télécharger l’étude (téléchargement libre)